Qui suis-je?

 

Les débuts…

 

Je m’appelle Lila, et je pratique les arts de la scène. Depuis que je suis toute petite, je baigne dans le milieu du spectacle. Ma famille, bien qu’elle n’ait pas fait de la musique son métier, a toujours eu la musique dans le sang. Ma mère m’a transmis son amour et son talent pour le chant, et mon père son goût pour la musique et l’art en général. Dès notre enfance, mon frère, ma sœur et moi avons commencé à apprendre des instruments et à chanter dans toute la maison. J’ai commencé par un peu de piano, puis je me suis mise à la guitare vers l’âge de 11/12 ans. Je suis quasiment autodidacte dans les deux instruments, à part quelques cours que malheureusement je n’ai pas poursuivis. Vers l’âge de 13 ans j’ai écrit ma première chanson. Je me rappellerai toujours le conseil que ma cousine m’a donné (qui fait aussi de la musique et écrit ses propres chansons) : « Ton carnet de chansons, c’est comme ton journal intime. J’écris juste ce que je ressens, ce que je pense. » Et ça, honnêtement c’est le meilleur conseil et la base de toute écriture pour moi. Après avoir compris cela, c’était facile d’écrire des chansons et j’en ai aujourd’hui tellement que je ne saurai même pas les compter. Ecrire une chanson, puis la chanter c’est non seulement une fierté, mais aussi un super moyen d’extérioriser quand il y a quelque chose qui te trotte dans la tête, ou qui se passe dans ta vie… Ensuite, à partir du collège j’ai commencé à chanter devant des gens, à montrer quelques-unes de mes compositions, et à faire mes premiers concerts (certes c’était les spectacles de fin d’année, mais y’avais quand même tout l’établissement qui me regardait !) En ce qui concerne la danse, ceci est une longue histoire d’amour aussi. J’ai commencé à suivre des cours de danse africaine/contemporaine à l’âge de 3/4 ans et j’ai continué avec cette même professeur jusqu’à mes 15 ans. Malheureusement j’ai dû arrêter quand je suis allée au lycée à cause de la distance. Mais ces 11/12 ans de danse m’ont permis d’avoir mes premières expériences sur la scène (un spectacle à chaque fin d’année), d’acquérir une technique et un style personnel qui a toujours été encouragé par ma professeur par son approche très libre et permettant à chacun de s’exprimer. Je tiens d’ailleurs à la remercier pour son accompagnement si elle lit cet article, car c’est grâce à cette expérience entre autres que je souhaite aujourd’hui poursuivre mon rêve dans les arts du spectacle.

 

L’envol…

 

Théâtre

Une fois arrivée au lycée, c’était une plus grande ville et un plus grand établissement. Que des nouveautés! J’ai commencé dés la seconde l’option théâtre et j’ai rencontré plein de gens artistiques avec qui j’ai tissé des liens très forts en poursuivant l’option en première et terminale en L spécialité. De là est née ma passion pour le théâtre. Je n’en avais jamais fait avant mais cela m’avais toujours interessé étant donné que j’étais curieuse de découvrir à fond le domaine des arts de la scène et de toucher à tout. Je considère que pendant mes années de lycée, j’ai pu « m’envoler » car j’ai pu participer à tellement de projets, stages, festivals, etc. Dans le cadre du théâtre, nous avons participé au festival des « Didascalies », ainsi qu’à celui de « Panique au dancing ». Nous avons également fait un stage en Angleterre lors de notre voyage autour du thème de Shakespeare. Biensûr, à chaque fin d’année nous faisions un spectacle dans un petit théâtre, et la semaine de répétition était une expérience vraiment enrichissante et cela nous a donné un avant goût de ce que ce serai de travailler avec une troupe de théâtre. Enfin, notre emploi du temps durant chaque année était remplie de pleins de spectacles super intéressants, dont nous devions écrire une analyse, ce qui a aidé à construire notre esprit critique et nos capacités de rédaction. C’était une chance de pouvoir aller au théâtre si souvent!

 

Danse

 

Ensuite, pendant ces trois années je faisais également partie de l’association de danse à l’UNSS qui était vraiment comme une famille, et nous avons pu faire plusieurs représentations sur scène chaque année, notamment lors du « Nouveau Festival » se déroulant au Rocher de Palmer à Cenon. Cette expérience fut incroyable et ce festival est une excellente occasion pour les lycéens artistiques de se rencontrer et d’échanger leurs passions. Malheureusement, à cause de la crise sanitaire du Covid-19, le festival a été annulé pour mon année de terminale et je n’ai pas pu me présenter en chant ni en danse. Cette crise a affecté beaucoup d’autres de mes projets, comme pour tout le monde, mais nous devons l’accepter et avancer pour rattraper le temps perdu! Faire partie de cette troupe m’a appris beaucoup de choses sur la création d’une chorégraphie, d’une pièce, car notre professeur (<3) nous a beaucoup inclus dans la construction du projet, solicitant nos différentes connaissances pour contribuer à la musique par exemple, ou le montage d’un teaser… Cela m’a beaucoup inspiré pour l’écriture de pièces mêlant théâtre et danse, que j’espère pouvoir creuser dans ma vie professionnelle. De plus, on a pu participer à plein de stages soit pour le festival, ou pour des projets à part qui étaient organisés (En collaboration avec le théâtre de la ville ou une salle de musique de la ville par exemple).

 

Musique

 

Enfin, pour la musique, « l’envol » du lycée consistait surtout en mes rencontres. J’ai fait mon premier projet avec un ami qui faisait partie de l’association de danse avec moi et qui est rappeur (il s’appelle Loryas). Et il m’a demandé de participer à un feat avec lui et ses amis qui à l’époque avaient un petit collectif et qui avaient écrit un son. Il m’a emmené en studio pour la première fois et on a filmé le clip de « Sombre Subconscient 2.0 » qui est maintenant disponible partout. Cette expérience et le lien que j’ai gardé ensuite avec cet ami m’ont beaucoup appris sur comment réaliser des projets soi-même et s’organiser, se mettre en avant avec des outils simples et du travail personnel. Suite à cela, je suis retournée en studio pour enregistrer mon premier titre solo « Tout d’un coup » qui est disponible partout, notamment le clip que j’ai réalisé dans la salle de théâtre du lycée (rien de pro, tout est fait maison :)). S’ajoute à cela un évènement qui se faisait à mon lycée chaque année, qui consistait en une semaine, où pendant les récréations, les élèves pouvaient présenter quelque chose dans la cour (musique, danse, théâtre, dessin, …) Chaque année, je présentait quelques compositions avec ma guitare, ou alors avec des amis on interprétait quelques chansons. C’était vraiment une super opportunité et l’éclate totale!

A côté de tout cela, j’ai crée un duo avec un ami à moi du collège, et nous faisons chaque année la fête de la musique près de chez nous (oui, à la campagne au fond de la Dordogne), et l’été dernier nous avons commencé à faire des concerts dans les campings, chose que l’on souhaite continuer pour les prochains étés. Cette expérience m’a également apporté des connaissances sur l’organisation, le côté technique des petits concerts et comment les faire indépendamment.

 

 

Photos by @mxtdp.photos